3 jours et 2 nuits au coeur du grand Canyon du VERDON

14 baragneurs ont répondu présent à la proposition de Franck.

Notre président Jean-Claude nous rejoindra le matin du deuxième jour pour participer avec nous à la randonnée du sentier de l'Imbut.

 

Rendez-vous à 7h15 à Roquebrune et c'est ensemble que nos 3 voitures partent pour le point sublime à ROUGON.

L'entrée dans le parc naturel du Verdon est toujours magique tant le paysage est grandiose.

Le temps est au grand beau, nous allons nous régaler.

Le Verdon prend sa sources dans le massif des 3 Evèques à proximité du col d'Allos

Les gorges s'étirent sur environ 100km. Par Endroit, leur pronfondeur vertigineuse atteint 750m !

C'est naturellement le plus grand Canyon d'Europe.

 

Bonjour La Baragne,

Rendre compte d'une déambulation dans les gorges du Verdon, une tâche ardue tant le site est grandiose et nos instruments de captures imparfaits.

Une tentative présomptueuse assurément tant la beauté du Canyon est évidente.

J'ai choisi de laisser parler mes sensasions et de vous livrer mon ressenti en quelques images.

Dominique.

Les Gorges du Verdon se divisent en 4 zones géographiques.

 

1/  Les Pré-Gorges défilent du village de Castéllane jusqu'au Point Sublime.

 

2/  Le grand Canyon s'étire du couloir Samson jusqu'au lac de Sainte-Croix.

 

3/  Les Gorges de Baudinard commencent en aval du barrage de Sainte-Croix puis traversent le secteur des 3 lacs jusqu'à Quinson.

 

4/  Les Basses Gorges entre Quinson et le lac de L'Esparon. Elles sont un paradis pour le cabotage en kayac.

 

Au coeur du Parc Naturel du Verdon, ce grand Canyon forme une entaille gigantesque que l'on croirait scultée par les dieux.

 

 

Dans ce décord, l'humilité est de mise !

Au matin du premier jour, la colonne quitte la civilisation et pénètre dans les gorges sur le BLANC-MARTEL. La lumière, déjà, habille les parois, aiguisant l'appétit des Baragneurs.

 

Un peu d'histoire

Au début du XXième siècle, Alfred Edouard MARTEL, passionné d'hydrogéologie et de spéléologie, est mandaté par le ministre de l'agriculture pour trouver de nouvelles resources en eau potable. C'est accompagné d'une équipe, complétée par des gens du pays dont Isidore BLANC, instituteur à Rougon, qu'ils se lancent, en 1905, à la découverte de ce gouffre sauvage.

Partis du couloir Samson, ils arrivent sains et saufs, 4 jours plus tard, au lac de Sainte-Croix. Ils sont les premiers à parcourir l'intégralité du grand Canyon.

 

Plus tard, dans les années 30, le Touring Club de France ouvre le célèbre sentier qui descent de la Maline et rejoint le couloir Samson. Le BLANC-MARTEL est né et nous avons l'honneur de le parcours aujourd'hui.

 

Très vite après le départ, nous arrivons au premier tunnel. D'une longueur de 650m, la lampe frontale est de rigueur.

Intimité du tunnel...

Quelques ouvertures nous permettent d'abord de nous réchauffer un peu mais surtout, d'apercevoir la rivière bleue en contrebas.

Magnifique.

Dans la brèche  Imbert, le Verdon présente une eau laiteuse due aux précipitations des nuits précédentes. La tentation est forte de sentir le groupe s'éloigner et s'arrêter dans la contemplation.

La Baragne va s'offrir la plus belle salle à manger du monde, sur la plage en dessous des Balcons de la Mescla où l'Artuby  vient gonfler le Verdon.

 

Nous randonnons sur la rive droite du Verdon. A gauche, la route panoramique ou corniche sublime surplombe de 250m le Verdon aux Balcons de la Mescla et étire son fin ruban aérien juqu'à Aiguines en passant par l'auberge des Cavaviers qui fait face au Chalet de la Maline.

Difficile de résister à des falaises si graphiques.

Après cette première journée, nous sommes acceuillis au chalet de la Maline.

Nous voici tous réunis autour de la table.

Après une bonne nuit, nous voilà prêt à partir pour la suite de notre périple, probablement sur la plus belle randonnée du Verdon, Le sentier de L'Imbut.

Je m'étais promis de rendre compte de notre progression dans l'Imbut en 10 images mais, étant donné la qualité et le nombre de vues que mes camarades ont déjà postées..

J'ai cédé au pêché d'orgueil, et...à mon enthousiasme quant au sujet !

La brume qui comblait toutes les gorges à notre réveil, disparait rapidement comme par enchantement.

Nous quittons le Chalet aux abords très fleuris.

Au Belvédère du Pas d'Issane, Jean-Claude a fait son show, entrainant la joyeuse troupe avec lui !

Nos baragneurs sont toujours très souples

( Pour leur âge ! )

Trop fort, notre photographe !

Il prend la photo de groupe tout en se débrouillant pour être dessus...

Contrairement au sentier Blanc-Martel, l'Imbut est situé sur la rive gauche du Verdon.

La mondialement connue passerelle de l'Estellier, liaison entre rive gauche et rive droite est rapidement atteinte. Le spectacle commence !

 

ATTENTION !  L'un d'eux est armé d'un 50 mm équipé d'un gros zoom de fabrication japonaise...

 

Après négociation avec notre président, nous avons obtenu le droit de passage...ouf !

 

...Mais, attendez !   La passerelle est tenue par deux énergumènes qui bloquent le passage.

Le sentier va nous permettre de découvrir le Styx, un canyon secondaire devenu mytique et sans doute un des plus beaux endroits du Verdon.

Il se poursuit jusqu'à l'Imbut (Comprenons l'IMBUQ, c'est à dire l'entonnoir en provençal)

Le Verdon disparait alors sous un énorme chaos de blocs surplombé par des àpics de 400m.

Grandiose paysage !

 

La caractéristique de l'Imbut, une progression aérienne mais sentier bien aménagé et sécurisé.

 

La Légion Baragneuse ne démérite pas et occupe la position !

Attention, le dallage est glissant !

Ce Genévrier de Phénicie en a vu passer depuis 2000 ans !

Nous montons, nous descendons mais nous progressons en toute sécurité.

Une petite pensée pour les pionniers MARTEL et BLANC qui ont parcourus toutes les gorges sans aucun aménagement !

Sur la rive droite, un autre monde !

 

Les gorges du Verdon ont une renommée mondiale dans le domaine de l'escalade, le territoire recèle d'innombrables sites.

Calcaire ou grés, grandes voies, terrains d'aventure, falaises...

 

J'ai personnellement eu froid dans le dos en regardant, passif, ce couple dans son ascension verticale.

Un dernier effort avant d'atteindre le bout du bout de l'Imbut.

Et nous voilà sur cette superbe plage pour le déjeuner que nous avons bien mérité.

Après un long moment de détente sur ce très beau site, il faut penser à rentrer en suivant le chemin de l'aller.

 

Ci-contre, l'entonnoir de l'Imbut.

 

Ci-dessous,

Colette découvre l'utilité du batôn de randonnée.

Son outil est hors norme.

 

 

De retour au chalet de la Maline, nous partageons le verre de l'amitié offert par Jean-Claude et c'est avec regret que nous le laissons repartir seul à Saint-Raphaël.

 

 

 

Non, pas le ramassage scolaire !

Nos amies attendent le départ pour le retour vers le point sublime, leur "mochila sur le dos"

 

 

 

 

Les tunnels de Fayet sur la D71 (Corniche sublime)

Un dernier repas, dans la nature, sur cette plage enchanteresse...

Les fameuses échelles que nous avons gravies à l'aller. C'est moins fatiguant mais beaucoup plus impressionnant en descente.

Il faut quitter le cours, le terme de la rando est proche.

Dernières Dévalades...

 

 

 

Cet éperon rocheux, abri inaccessible des vautours fauves, signale la fin de cette randonnée de première classe !

Merci à tous les participants pour leur joyeuse compagnie et merci à Franck, notre animateur pour cette initiative unanimement appréciée !

 

 

Et merci à nos photographes, d'une seule photo ou d'un album.

Je ne citerais que Thierry et Dominique.

 

 

 

BARAGNEURS VAROIS

MAI 2022

 

 

Version imprimable | Plan du site
© Baragneurs Varois Une journée de sentier, une semaine de Santé